Alcool au volant : neuf mois de sursis

Le 20/11/2010

Cet homme, qui réside à Ferques, n’est pas loin du gramme.

Pourtant, au tribunal, le prévenu s’en défend : « Je n’ai bu que deux verres de vin », et la présidente de rebondir aussitôt : « Mais, monsieur, c’était des chopes de vin, des bouteilles… et ça fait déjà deux fois, car en 2005, c’était déjà la même chose ». Le prévenu répond par la négative : « Je ne bois pas mais je m’étais arrêté pour manger ».

Le tribunal ne veut pas entendre cela : « Vous êtes fort dangereux sur la route. Les réflexes, en ayant bu, ne sont jamais les bons.

Vous pourriez être à l’origine de choses extrêmement graves ».

Le prévenu attend de passer au tribunal pour récupérer son permis… lui qui est chauffeur routier. La magistrate n’en revient pas : « Un 40 tonnes avec près d’un gramme d’alcool pur par litre de sang ? Quand on conduit un tel engin, on ne boit rien, sauf de l’eau. » Actuellement, sans permis, l’homme pointe au chômage.

« Forcément, être chauffeur routier et être privé de son permis pose problème, souligne le vice-procureur qui requiert trois mois de prison avec sursis, outre une suspension de permis de conduire durant sept mois, « car il faut bien le dire, cet homme est à la limite de la récidive légale ».

Jean-Louis Cruchant écope de neuf mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve de trois ans, avec obligation de travailler, de se soigner, de suivre un stage de sensibilisation à la sécurité routière, à ses frais, outre une suspension de permis de conduire durant 18 mois….c’est là que le condamné tente de discuter le quantum de la peine… « 18 mois, vous vous rendez compte, je perds tout, ma maison… mon boulot, et j’ai une fille de 15 ans à la maison ». La décision est rendue. Il ne reste que le recours à l’appel, sous dix jours… B.G.

Source : nordlittoral.fr