Alcool au volant : un Dolois condamné à six mois de prison ferme

Le 27/03/2011

Prison ferme et obligation de soin ont été prononcées à l’encontre d’un Dolois de 28 ans, hier au tribunal correctionnel de Lons. Jeudi, il percutait une jeune automobiliste à Dole.

« Je m’excuse auprès de la dame », auront été les seuls mots audibles prononcés hier après-midi à la barre du tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier par Frédéric Julien.

Ce Dolois de 28 ans a été condamné à une peine de six mois de prison ferme avec une mise à l’épreuve de trois ans assortie d’une obligation de soin. Il a aussi l’interdiction de passer son permis de conduire avant un an. La procureure, Aline Sanez-Cobo, était allée plus loin en requérant un an d’emprisonnement dont trois mois avec sursis et une annulation du permis de conduire de deux ans.

Jeudi, vers 5 heures du matin, ce père de deux enfants circulait dans l’agglomération de Dole, de retour d’une fête d’anniversaire, sous l’emprise de l’alcool : il sera contrôlé avec un taux d’alcoolémie de 1,82 g/l de sang. Carrefour des Epenottes, ce matin-là, une jeune automobiliste patiente au feu rouge. Elle ne verra que « des phares arriver très vite » dans son rétroviseur avant que sa Fiat Punto ne soit éjectée contre le poids lourd qui stationne devant elle. L’homme dit s’être endormi au volant de sa Volvo.

À la barre, la victime tente de s’exprimer mais fond en larmes, encore sous le choc, le cou encerclé d’une minerve. « J’allais au travail, glisse-t-elle, j’ai eu de la chance. » Et une interruption temporaire de travail de huit jours.

Frédéric Julien restera mutique, malgré les multiples questions de la présidente Claire-Marie Casanova. Outre une conduite en état alcoolique, l’homme présentait un défaut d’assurance et de carte grise. Qui viennent s’ajouter à cinq condamnations depuis 2001 pour des faits similaires. Il a également admis avoir consommé du cannabis quelques jours avant l’accident, et a refusé de se soumettre à une prise de sang. « Vous persistez dans ces comportements de délinquant de la route », a lancé Claire-Marie Casanova. « Vous n’avez rien à nous dire ? » Silence du prévenu malgré son avocat qui l’encourage à s’exprimer.

La procureure de la République, Aline Saenz-Cobo a insisté sur « les problèmes d’alcool » et l’état de récidive du prévenu. « Il est du devoir du ministère public d’écarter un automobiliste qui représente un danger » pour les autres ». Il a été déféré dès le jugement rendu à la maison d’arrêt de Lons-le-Saunier.

Source : leprogres.fr par Eva Rodríguez