Val-de-Marne : les radars aux feux ont flashé 86000 fois

Publié le 12/01/12

Huit radars feux ont été mis en service sur le département depuis la mi-2010 et, pour la première fois, ils révèlent leurs résultats sur une année entière. En 2011, ils se sont ainsi déclenchés 86148 fois, sanctionnant des conducteurs qui « oubliaient » les feux rouges.
Implantés à des endroits stratégiques, ces radars ont pour ambition « de faire diminuer le nombre d’accidents », précise-t-on en préfecture.

La vitesse, responsable d’un accident sur trois en 2011 La vitesse, responsable d’un accident sur trois en 2011

« Les localisations ont été déterminées en fonction du nombre d’accidents, dus, entre autres, au non-respect des feux rouges, et après consultation des communes, des gestionnaires de voiries ainsi que des forces de l’ordre ».

Des appareils très discrets

Particulièrement efficace, celui de la route de Choisy à Créteil (D86) qui a flashé dans un sens 22884 fois et dans l’autre 9478 fois. « Ces radars sont particulièrement traîtres, relève Jessie, ils ne sont absolument pas signalés. Du coup, comme je passe là deux fois par jour, j’ai souvent vu des gens piler au dernier moment, au risque d’occasionner un accident, ce qui s’est parfois passé. »

Discrets, ils le sont effectivement. « Je ne m’étais absolument pas rendu compte que j’avais été flashé, sourit aujourd’hui Benoît, 36 ans. Ce soir-là, j’allais à un match de foot et je devais prendre le métro à Créteil. Je n’ai rien vu. En revanche, en rentrant chez moi, tard dans la soirée, j’ai cru avoir été flashé sur l’A 4. Je n’ai donc été qu’à moitié surpris en recevant l’avis à domicile. Mais en fait, on me réclamait 90 € pour le radar feu de Créteil. » Seul point positif de cette « douloureuse » expérience pour Benoît : le télépaiement. « J’ai pu payer directement de mon canapé et en adoptant cette solution on dispose d’un délai supplémentaire. »

Deuxième au palmarès du nombre de flashs : celui de Villeneuve-Saint-Georges qui, dans les deux sens confondus, a « attrapé » 29817 contrevenants. Vient ensuite celui de l’avenue de la République à Vincennes qui a enregistré 8333 infractions, juste avant ceux d’Alfortville, de Saint-Maur et de Cachan.

En complément de ces radars feux, le département compte également 18 radars automatiques contrôlant la vitesse, le 19e sur l’A 86 à Maisons-Alfort étant encore en phase de test. Ils affichent, pour 2011, une baisse nette du nombre de PV. En 2010, ils avaient enregistré 356419 excès de vitesse, en 2011, il n’y en a eu « que » 334606. Auxquels doivent être ajoutées les nombreuses sanctions prises au cours d’opérations avec les radars mobiles. Des contrôles qui ont encore été renforcés l’année dernière.

La baisse du nombre d’infractions pourrait être le signe que les conducteurs font preuve de davantage de prudence mais cet optimisme ne résiste pas à l’examen : le nombre d’excès de vitesse relevé a particulièrement baissé aux endroits où d’importants chantiers ont été menés ou sont en cours de réalisation. C’est le cas des radars de l’A 6a à Arcueil et à L’Haÿ-les-Roses ou de ceux de l’A 4 à Champigny. Dans les deux cas, les travaux ont considérablement réduit la vitesse, faisant par là même tomber le nombre de PV.

Source : leparisien.fr